navigation

L’asymétrie de l’information 21 juillet, 2010

Posté par dailymanager dans : Non classé , trackback

En économie, l’asymétrie de l’information désigne précisément un contexte dans lequel l’une des parties possède un avantage sur les informations échangées. Par exemple, des vendeurs qui connaissent des défauts de leurs produits mais se gardent bien d’en informer les clients.

Akerlof a obtenu un prix Nobel d’économie en 2001 pour ses travaux sur l’asymétrie de l’information. Les acheteurs de biens devenant rapidement des revendeurs pour se débarrasser du bien défectueux, le marché devient rapidement saturé en biens défectueux, les acheteurs se retirent. Au lieu d’une courbe classique entre offre et demande comme modélisé dans une concurrence pure et parfaire, on a ici une courbe déformée, qui joue à l’effondrement du marché, et à moyen terme, le contexte finit par nuire au vendeur de biens aux vices cachés.

En savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Asym%C3%A9trie_d%27information

Ce modèle économique est transposable au management des organisations. Le clef de voute du travail du manager réside dans la maîtrise des flux d’informations dans ses domaines de responsabilité (relire Le manager au quotidien). Les modèles organisationnels se basent donc dans un contexte similaire aux modèles économiques, théorisant sur des marchés en concurrence pure et parfaite dont chacun connait les limites dans la réalité. Encadrement et pilotage se basent en effet sur le principe d’accès à la même information et à la bonne circulation de cette dernière. Et là aussi, c’est rarement le cas dans un contexte réel.

Quelle est l’influence d’une asymétrie d’information sur une organisation ?

En premier lieu, la rétention d’information est une manière de capitaliser du pouvoir. Et si le manager ressent le besoin d’assimiler du pouvoir, c’est qu’il se représente dans un contexte de concurrence avec d’autres managers. Dans ce « marché », si la rétention d’information se transforme en déformation, alors on est pleinement dans le contexte asymétrique. Comme le vendeur de biens défectueux, dans un milieu hostile, le manager pense dans un premier temps que son contrôle de l’information est un avantage qui joue en sa faveur. C’est un raisonnement à court terme.

La modification locale des flux d’informations pousse les autres acteurs de l’ensemble du circuit à s’adapter. Soit en se réorganisant autour d’autres relais (pragmatisme), soit en adoptant le même modèle de fonctionnement (mimétisme). Le choix de réaction dépends évidemment de l’existence d’autres moyens d’accéder à l’information, qu’il n’y a pas de situation de monopole.

Progressivement, cette réorganisation des flux autour du maillon qui joue l’asymétrie, provoque son propre tarissement, en se retrouvant hors circuit, que ce soit by-passé par les nouvelles connexions (pragmatisme) ou bloqué par les autres rétentions (mimétisme). A moyen terme, sensé gérer son système d’information comme moyen de sa prise décision, le manager se retrouve dans un modèle qui est à son tour déformé, sans que cela soit forcément conscient. Comme l’effondrement du marché, on assiste à un effondrement de la prise de décision. Le manager qui joue à court terme du principe d’asymétrie de l’information sera paradoxalement celui qui aura à moyen terme le plus de difficulté dans ses prises de décision.

Au niveau de l’organisation, la réaction par pragmatisme est consommatrice d’énergie, et la réaction par mimétisme est un risque de propagation. Le risque portant sur l’ensemble des prises de décision, les entreprises intègrent quasi toutes dans leur culture opérationnelle, cette nécessité d’affranchir le circuit d’information de toute règle, et d’être le plus proche possible du modèle de « circulation pure et parfaite ». En d’autres termes, un accès hiérarchisé à l’information (calquée sur les statuts) est efficacement remplacée par un accès choisi à l’information (calqué sur les besoins). Les connexions constatées sont d’ailleurs le plus souvent réalisées au travers des barrières des départements.

En remplaçant un modèle en hiérarchie classique par un modèle en réseaux opérationnels, l’asymétrie de l’information est illégitime et rapidement détectée. Mais il reste parfois des réflexes, comme de considérer qu’un collaborateur n’a pas le besoin et/ou l’accrédition pour avoir accès à une information.

Commentaires»

  1. je suis vraiment seduit sur cette theorie

Laisser un commentaire

sitehgeo4 |
"L'arbre qui tombe peut fai... |
Dra. Monica Guia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | citoyen
| Petite écologie d'un insect...
| SonyaT