navigation

Panique sur la banquise 10 octobre, 2008

Posté par dailymanager dans : biblio , trackback
Panique sur la banquise dans biblio alertesurlabanquise « Our Iceberg is Melting »  Alerte sur la banquise ! 

Une fable au service de la conduite de changement… (écrit gros et avec des images)

johnpaulkotter dans biblio 

John Kotter est le  » gourou  » du leadership et du changement de Harvard Business School. Il est l’auteur de 11 livres dont la plupart sont des best-sellers.

holgerrathgeber
 

Holger Rathgeber est l’incarnation du manager global. Il travaille pour l’un des leaders mondiaux de la technologie médicale.

Le résumé de la quatrième de couverture :

Il était une fois une colonie de pingouins qui vivait depuis des années sur le même iceberg et n’avait aucune raison d’en changer… Un beau jour, Fred, un pingouin un peu plus curieux que les autres, découvre que la banquise est en train de fondre et risque de se briser. Après moult hésitations, il décide de faire part de ses inquiétudes à Alice, l’un des membres du Conseil des dix. La suite de l’histoire rend compte de leurs questionnements et de leurs efforts pour convaincre les autres membres du Conseil de l’imminence du danger et de la nécessité de modifier les habitudes de la tribu. Doit-on croire Fred ? Doit-on mettre au courant le reste de la colonie au risque de provoquer un mouvement de panique ? Quelles sont les solutions envisageables ? Les héros de cette fable – Louis (le Chef du clan), Chouchou (le favori de ces dames), NonNon (l’ » ancien  » qui dit toujours non) ou le Professeur (l’ » intello « ) – nous parlent de résistance au changement et d’actions héroïques, d’obstacles apparemment insurmontables et de tactiques pour les déjouer. Nourrie des travaux de recherches de John Kotter, professeur à Harvard et spécialiste de la conduite du changement dans les organisations, cette fable a déjà aidé des milliers de personnes et d’entreprises grâce au modèle de changement en huit étapes qu’elle met en scène. Alerte sur la banquise ! est une histoire à mettre entre toutes les mains : avec humour et perspicacité, elle en dit long sur nos résistances au changement et constitue un guide de réflexion à l’heure où de grands bouleversements s’annoncent dans notre monde contemporain.

Point de vue critique :

Cette fable démonstrative est particulièrement efficace. Les illustrations et les situations sont particulièrement bien trouvées. Mais je me suis posé la question de l’orientation trop radicale en faveur du changement.

Tout d’abord, l’auteur utilise un procédé classique dans le nommage des protagonistes. Les « gentils » sont affublés de prénoms ordinaires, rendant possible l’identification du lecteur. En face, les « méchants » sont stygmatisés par des dénomination en surnom. Difficile alors d’aimer « Non-Non », alors que l’auteur ne prends même pas la peine d’expliquer son attitude et son conservatisme. Difficile aussi d’oublier que « Chouchou » doit son rôle dans l’histoire à sa position de bien séant. D’autre diront de lèche botte.

La figure du chef d’entreprise est étrange. Comme un leader clairvoyant, il prends très vite parti pour les « gentils », et entre en conflit à peine masqué avec les « méchants ». Or il s’avère que ces derniers sont présenté comme sa garde rapprochée. Quel genre de dirigeant désavoue ses proches collaborateurs pour se ranger du coté d’un oiseau de mauvais augure ? Ce volet est trop rapidement traité, avec le levier d’Alice, montrée comme le bon intermédiaire, trop rapidmeen tidentifié parmi les repsonsables. Je passe sur la happy end qui voit Alice nommé chef à la place du chef qui part en retraite. Mais, comme le dit l’auteur, je veux bien que ça finisse au niveau du conte.

Le lecteur commence l’aventure avec Fred, ce jeune pingouin. De fait, on ne connait pas les histoires précédents, qui semblent figées dans le marbre. On n’a jamais vu une organisation naître et traverser les siècles sans une moindre histoire. La culture d’une entreprise c’est justement ce monolithe uniforme qu’un nouveau collaborateur doit intégrer, faute de quoi, il aura lui aussi l’impresison qu’avant lui, tout a toujours été pareil. Le conte bascule dnas un jeunisme parasite, qui consiste à justifier que le jeune Fred dynamique s’attaque aux vieux croulants conservateurs. Cette simplification évacue la possibilité que ce soit une tête brûlée, un effrayé-de-pas-grand-chose.

Le conte ne dit jamais si Fred avait vraiment raison, l’auteur pose ça comme une évidence qui restera toujours non prouvée. Sur ce point, d’ailleurs, c’est exactement ce qu’il se passe dans une entreprise : une fois le changement commencé, on ne saura jamais s’il vallait vraiment le coup. Regarder en arrière si on a bien fait n’apporte en effet pas grand chose.

Bref, un très bon livre, pédagogique, qui illustre beaucoup de ce que j’ai pu voir et de ce que je vois en matière de comportements face au changement. Mais le principe du conte fait tomber dans le piège de la simplication, et du jugement moral. Comme si le changement était le bien en soi.

Un premier pas à mettre entre toutes les mains ! (soyez souples)

http://www.amazon.fr/Alerte-sur-banquise-changement-conditions/dp/2744063487/ref=sr_1_9?ie=UTF8&s=books&qid=1223287339&sr=8-9

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

sitehgeo4 |
"L'arbre qui tombe peut fai... |
Dra. Monica Guia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | citoyen
| Petite écologie d'un insect...
| SonyaT